Crédit immobilier : le bilan 2018

Le marché de l’immobilier attire aujourd’hui un grand nombre d’investisseurs. En effet, cette année, un grand nombre de transactions immobilières ont été effectuées. Plusieurs facteurs font que ce marché soit dynamique, notamment le taux d’intérêt du crédit immobilier. Mais, à quoi doivent s’attendre les investisseurs dans le futur proche ?

Retour au début des années 2000…

Le début des années 2000 est synonyme de situation immobilière avantageuse : les prix des biens et les taux des prêts immobiliers étaient bas. De plus, la durée des emprunts s’allongeait et permettait aux investisseurs de réduire leurs mensualités. Grâce à ces conditions intéressantes, de nombreux ménages ont pu acquérir un bien immobilier. Malheureusement, cette situation idéale a pris fin. La demande immobilière forte qu’a connu le marché au début des années 2000 a entraîné la hausse des prix.

Effectivement, entre 2005 et 2008, la situation évolue : le marché fait face à la flambée des prix immobiliers ! Entre 2000 et 2010, le marché connaît une hausse de 117% des prix. Avec cela, les investisseurs voient les taux d’intérêt suivre la tendance à la hausse, pour atteindre 4,5% pendant l’été 2005 et pour dépasser les 5% 4 ans plus tard.

La crise économique mondiale de 2009 a bouleversé le secteur immobilier. Le taux d’intérêt a cessé de grimper et s’est stabilisé autour d’une moyenne de 3,25%. Ce choc économique a permis de stimuler à nouveau le marché.

 … Pour arriver aux taux exceptionnels de 2018

Malgré les différents bouleversements qui ont eu lieu au sein du secteur de l’immobilier, ce dernier n’a jamais connu des taux d’emprunt aussi bas que ce que proposent les banques aujourd’hui. En effet, sur une durée d’emprunt de 10 ans, le taux est de 1,35% en moyenne, il atteint 1,25% pour 15 ans, 1,45% pour 20 ans et 1,70% pour une période de 25 ans.

Sur toutes les durées d’emprunt, les banques offrent des taux inférieurs à 2%. Les primo-accédants sont les premiers à profiter de ces taux proches des 1,19% sur des durées longues de 20 ou 30 ans.

Ces conditions encouragent les investisseurs, et surtout les primo-accédants, à emprunter des sommes plus importantes. Depuis le mois de juillet de cette année, l’emprunt moyen de ces derniers a augmenté de 4 000 € et la durée est allongée de 2 mois, pour atteindre une moyenne de 211 147€ sur 242 mois, contre 208 946€ sur 241 mois à la fin de l’été.

A quoi nous attendre en 2019 ?

Il est difficile de donner des prédictions exactes pour les taux d’emprunt de 2019. Toutefois, plusieurs sources voient une hausse progressive des taux d’intérêt.

Pour Sébastien de Lafond, Président et co-fondateur de MeilleursAgents.com, les taux de crédit dépasseront légèrement les 2%. Cette hausse pourrait avoir un impact négatif sur les ventes de biens immobiliers.

Olivier Eluère, économiste du Crédit Agricole, prévoit des taux d’intérêt qui atteindront 1,55% fin 2019. Toutefois, si les taux ne suivent pas une tendance à la hausse progressive, mais plutôt une augmentation accélérée, le secteur de l’immobilier sera bouleversé à nouveau. Cela pourrait aussi affecter le pouvoir d’achat des investisseurs et créer un scénario de stress, ce qui est peu probable pour l’année 2019.

> Je m’inscris << 

Par Mia Tawile

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *